Retour sur le Festival Forte

Festival Forte:
Festival Techno Punk pour les vrais Ravers.

 

Pour vous mettre dans le bain, commencez par écouter ce titre jouait lors du festival, qui définit assez bien l’esprit 😉

Mo-Do – Eins, Zwei, Polizei (1994)

 




Le décor

Un festival de 3 jours en open air dans un Château Fort, perché sur un colline, dans la campagne nord-ouest portugaise.
Capacité 5000 personnes max.
Camping, avec petite rivière, food trucks et scène after active aux moments off du festival, a à 1 km.
Nouveau systeme son Lambda Labs, déjà testé et approuvé quelques semaines plus tôt au Neopop.

 

Le line up

Plus d’une trentaine d’artistes annoncés dont les plus attendus sont :
Oscar Mulero
Antigone x François X
Planetary Assault Systems
Surgeon
Donato Dozzy
Helena Hauff
I
Hate Models
Shlømo
Programme dirigé clairement vers la techno « Grasse et Sad » comme on l’aime, même si quelques artistes se démarquent tel que Extrawelt ou encore le groupe Pantha Du Prince.
Le Festival n’a pas toujours eu ce côté punk prononcé, mais sur ces deux dernières éditions, le couleur est clairement donné.

On est écrit ce report à deux. 
João Monteiro (JM) qui a vécu sa première édition cette année. Dj/producteur sous le nom de Qwezall. Et moi même : « la balarinha » dit aussi Robertine Tech’in, 5 éditions à mon actif.

 



Prélude

Deux mois avant le date sacré du festival, les expectatives sont hautes, malgré l’angoisse en fin d’année dernière de ne pas voir l’évènement ce réalisé.

En effet, l’organisation a décidé de mettre en place décembre 2017, un crowdfunding pour supporter le projet 2018. Cette stratégie laissera les fans dans un grand doute quant au devenir du festival.
Le doute étant justifié, car n’importe qui ayant assisté à l’une des anciennes éditions, peut témoigner que le festival a toujours voulu garder un côté “rave”, tout en offrant des line up dignes des plus grands.
Un paris audacieux et extrêmement risqué, à moins d’avoir une gestion impeccable!

Avril, annonce du line up. C’est de suite un soulagement pour nous surtout aux vues des noms annoncés!

Arrivée Montemor-o-velho

Montemor-o-Velho est la ville choisi pour recevoir ce flot de ravers. Quand on arrive par les routes principales, on est toujours admiratif des rempart de ce château-fort, qui décime ce ciel.

On se dirige d’abord vers le camping pour s’installer. 
Le Camping of Love fait partie de la réputation du festival. Il se situe au bas du mont, a à peine 1 km du site.
On retrouve des Food Trucks, de multiples espaces chill mais surtout une petite scène cosy, fait main, qui recevra de multiples artistes aux moments off du festival.
On aura la chance d’y entendre des sets de grandes qualités, sur lesquels nous auront le plaisir de revenir plus tard.

En ce premier jour, déjà beaucoup de festivaliers présents, s’afférent à préparer leurs campements avec un certain engouement. Ça y est! La famille est une nouvelle fois réunis.

 

First day

23h
L’opening est sous la responsabilité du groupe Pantha Du Prince accompagné de Bendik HK. Une ouverture original comme il est de coutume dans le festival.
Ils seront suivi une bombe énergétique lâché par l’intrigante Electric Indigo, qui donna de suite le mouvement à suivre.
Elle est reprise de voler par Monolake avec son live surrond, délicieusement industriel et noir.

Festival Forte 2018 – Photo Gonçalo Xavier

Pour beaucoup, c’est à ce moment précis que commença la « rave ».

Stanislav Tolkachev, l’un des artistes qu’on attendait, offre une heure de live, nous laissant clairement sur notre faim.

Un peu en manque de souffle, on décide d’aller « se promener » dans le reste de l’enceinte du château.
Le site est divisé en deux parties : 
un énorme dancefloor rectangulaire en terre battu 
et un énorme jardin animé de multiples installations lumineuses (l’une des caractéristiques du Forte).

Le temps est doux, parfait pour se reposer, assis tranquillement dans l’herbe avant d’accueillir le dernier artiste de la soirée pour 3h de set: 
Oscar Mulero!
L’artiste espagnol connait déjà très bien le festival pour y avoir été convié a de multiples reprises dont la toute première édition.
Pour cette troisième participation, le public et les lieux n’ont plus aucun secret pour lui et c’est avec une grande facilité qu’il nous emmène dans un long voyage obscur et hypnotique.
C’est rompus mais avec les expectatives comblées, que nous quittons cette première nuit de « Rave Authentique ».

 

Second Day

Après un repos du guerrier bien mérité, on profite de cette magnifique journée pour flâner dans le Camping, rencontrer de nouvelles personnes et tout bonnement profiter du lieu.

On rentre dans le château dès l’ouverture. On sent de suite que c’est la deuxième soirée et que tout les festivaliers ne se sont pas encore remis de cette première aventure.

Qu’à cela ne tienne, nous on est frais et on veut voir les performances de : Marum, Function et Surgeon.
Ces deux derniers ont répondu aux attentes comme prévu, mais la vraie surprise reste la prestation de Marum
Il a su démontrer détermination et inspiration venus des lieux sombres de nuits berlinoises. 
Artiste que l’on connait déjà, de par les évènements ultras underground de Lisbonne, les mina.

Photo : Malo La croix responsable stage design installation and film matérials
Artiste Marum

En ce deuxième jour, 

c’est un ciel brumeux qui se lève sur la scène. Antigone et Francois X viennent de prendre les pouvoirs du Forte et ils ont clairement décidé de ne nous laisser partir. Ça sera dans un B2B déchainé et indécent que ces deux ferment cette folle épopée!

Bizarrement, c’est avec encore plein de motivation dans le sang et les jambes que l’on descend les marches et les ruelles de cette si mignonne bourgade pour enchainer sur l’after.
Coup de chance, c’est le portugais Early Jacker, connu aussi sous l’alias Miguel Torga qui reprend la main. 
C’est un producteur que l’on affectionne particulièrement pour tout un tas de raisons.
Ce matin là, il joue un set de 4h aux odeurs techno shamaniques. 
Une fois de plus, il surprendra par sa capacité à lire un public, par sa créativité et sa précision.
Me concernant (“la balarinha”), l’un des meilleurs sets du festival!

14h
On part se reposer au bord d’une piscine dans l’un des nombreux logements à louer dans la village.

 

Saturday Night

Le grand soir est arrivé !
Depuis la création du festival, la tradition veut que l’on ferme l’événement par un 24h non-stop ! Vous vous imaginez, que peu sont ceux qui parviennent à le faire sans pause.

22h
Entré de ENKO avec un set live modular.
 Un peu plus tard, Helena HauFF séduit une fois de plus par ses irrévérences.
Extrawelt, au petit matin nous cueillent au creux de leurs mains par leur live puissant et profond. On ne peut s’empêcher de regretter tout de même le remix du Titre Soopertrack, qui nous aura écorché profondément le coeur…

9h30
La piste qui c’était un peu vidée à l’arrivée du jour, se remplit de nouveau sous la musique de I Hate Models qui fera apparaître le vrai visage des festivaliers.

Une des choses qui démarquent le plus ce festival, c’est le public.
Des danseurs hors pairs, empreints d’une liberté et d’une force rarement vu dans d’autre lieu. 


C’est GRAS, c’est SAD, c’est comme on aime!
Blawan – Why They Hide Their Bodies Under My Garage?

 

13h30
La piste est littéralement entrain de griller, minimum ressenti : 37 degrés.
L’orga a réparti une 10 aines de parasol sous lesquels les danseurs se cachent. On exploite le moindre coin d’ombres.
Shlømo est en forme. Son set entêtant passe à la vitesse de la lumière. Pour Qwezall, le meilleur set du festival.
La journée se continue entre poses sous les arbres, sieste dans le jardin et virevolte sur le dancefloor.

Pour ne pas déroger à la tradition maintenant, un arrosage au tuyau en bonne et du forme pour rafraichir ces chevaliers forts et tenaces.
Neel, nous offre un live fort agréable avec des kicks et sons simples mais brillant. Et là, sans prévenir, la nature décide de se mêler à la danse:

C’est avec stupéfaction que l’on voit se réunir dans le ciel des centaines et des centaines de cigognes survolant le château pendant de longues minutes au dessus de nous.

Un spectacle magnifique qui nous rappelle la force que la musique à sur la nature. Un spectacle qui laissa beaucoup d’entre nous les coeurs pleins d’étoiles…

19h
Voici le dernier artiste du château fort : Donato Dozzy!
Deux ans auparavant, il avait laissé une très bonne impression et c’est donc avec plaisir que le festivaliers se réunissent une dernier fois sur ce dancefloor usé et dépouillé pour le recevoir.
Il enchaine ses titres avec classe et détermination et c’est vide d’énergies que l’on quitte notre si tendre et doux château-fort. ———

On était dans l’idée d’aller se coucher, quand soudain la musique du camping se fit entendre. On se dirige lentement mais surement vers la scène comme hypnotisé..
Caroline Lethô, jeune ensorceleuse de 25 ans est au commande. Elle mijote une techno souple variée et dur à la fois. Ses enchaînements sont à la hauteur de ses sélections. Un travail d’une finesse incroyable. Elle donne l’impression d’avoir 40 ans d’expérience.
Conseil d’ami pour les booker, ne laissez pas passé votre chance.


End of Festival Forte. 

 

 Qwezall et “A Balarinha”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *